Colloque au Sénat

  • Partager l'article

« Equité, équilibre, simplification » : journée de débats et d’échanges au Sénat autour de la réforme des retraites.

Agnès Buzyn et Jean-Paul Delevoye sont intervenus lors d’un colloque organisé le jeudi 19 avril 2018 au Sénat par la commission des affaires sociales sur le sujet de la réforme des retraites.

Jean-Paul Delevoye lors du colloque au Sénat
© Senat/Commission des Affaires Sociales



Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé a ouvert cette journée d’échange en rappelant les objectifs de la réforme : la création d’un système universel de retraite par répartition qui puisse apporter la lisibilité et la simplification auxquels les Français aspirent. Il s’agira également de résoudre les nombreuses inégalités de traitements générées par un système composé aujourd’hui de 42 régimes qui appliquent des règles différentes.

Enfin, cette réforme visera à davantage accompagner et faciliter les mobilités professionnelles.

« Il s’agit d’adapter notre système de retraites aux besoins qui sont les nôtres aujourd’hui et de le rendre capable de s’adapter aux besoins qui émergent et qui vont s’amplifier dans le futur. Il ne s’agit pas de réformer pour réformer, ou de réformer pour réduire des droits ou pour les niveler par le bas. »

- Revoir le discours de la ministre

« Nous avons la chance de ne pas avoir de contrainte budgétaire. Notre système n’est pas malade, et c’est pour cela que je veux une réforme positive. »

Dans son discours de conclusion, Jean-Paul Delevoye a insisté sur le caractère éminemment politique de cette réforme, qui ne peut se résumer à de simples ajustements techniques. « Le choix de l’année 2019 pour débattre du projet de loi n’est pas anodin, il permet d’inscrire ce projet dans une démarche de société en prenant le temps du dialogue » a-t-il rappelé en détaillant le calendrier de la concertation sociale (→ lien vers la page présentant la méthode et le calendrier). Les premiers échanges avec les partenaires sociaux porteront d’ailleurs sur l’architecture de ce nouveau système universel de retraite. Pour le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, "un système universel ne veut pas dire unique, il y aura un socle de règles communes et des différences peuvent exister si elles sont justifiées par l’équité".

- Revoir le discours du Haut-Commissaire à la réforme des retraites